ATTENTION : Les archives du Journal du Barreau vous sont présentées telles qu'elles ont été déposées sur le Web au moment de leur publication. Il est donc possible que certains liens soient non fonctionnels et que certains renseignements soient périmés.

Pour toute question ou commentaire concernant le Journal, communiquez avec journaldubarreau@barreau.qc.ca

Visitez la page officielle du Journal du Barreau sur le site Web du Barreau du Québec.

 
Volume 37, no 16
Décembre 2005

Synergologie et droit

Bouge un peu que je t'entende… ou que je te regarde mentir

Louise Vadnais, avocate

Au procès de votre client accusé de meurtre, le juge, le jury et le témoin affichent-ils une attitude ouverte, attentive et réceptive ou montrent-ils un esprit méfiant et renfermé? Plus encore, les réactions gestuelles de votre client trahissent-elles, à son insu, le mensonge ou la demi-vérité? Voilà des questions auxquelles la synergologie répond. Et détrompez-vous! Ce n'est ni une doctrine ésotérique ni un regroupement nouvelle vague.

Lahaye_Robert_vadnais
Me Robert La Haye

Issue des domaines de la communication et des neurosciences, la synergologie est une méthode rigoureuse de lecture des gestes et des émotions qui mènent droit à la compréhension des pensées de votre interlocuteur. Sceptique? Venez voir de plus près, vous serez confondu et conquis par cette méthode de décryptage du non-verbal.

Invitées récemment par MRobert La Haye à prononcer une conférence dans le cadre des Jeudis de la défense deux synergologues, France Gibbs et Christine Gagnon, ont répondu à ces questions et à bien d’autres. Extraits vidéo à l’appui, elles ont sensibilisé quelque 40 avocats de pratique privée à l’apprentissage de cette méthode, à son utilité et à ses applications dans le domaine du droit.

Gibbs_France_Vadnais
France Gibbs, synergologue

Intuitif ou scientifique?

Mais qu’est-ce que la synergologie? « C’est une méthode d’observation systématique de décryptage de la gestuelle, explique Mme Gagnon. Une méthode qui n’est pas intuitive, mais qui peut fort bien confirmer votre intuition. On observe la gestuelle pour accumuler et regrouper le plus d’informations possible. On ne “change” pas l’autre. En revanche, on peut, grâce à cette méthode innovatrice, décoder avec justesse la teneur, la qualité et la sincérité des témoignages », fait valoir la synergologue.

Gagnon_Christine_Vadnais
Christine Gagnon, synergologue

Je te scrute à la loupe

La méthode de lecture examinera, entre autres éléments corporels, les zones du corps (leurs significations, haut/bas, avant/arrière), les stratégies cérébrales (organisation de la pensée et des idées), le visage et les mains (où se posent les mains), la démarche (bilan général: stratégies cérébrales, stress, ouverture), la position sur la chaise (réagit en fuite ou en attaque, dispose d’un argument faible ou fort) et, enfin, cernera les signes de vérité ou de mensonge.

Un pays sans frontières

Il faut savoir que la manière dont les émotions s’expriment sur le visage et le corps est universelle. Ainsi, les différences culturelles ne modifient pas la cartographie des émotions du corps. « En Cour, à chaque question posée par l’avocat au témoin, on peut, si l’on est attentif, observer une réaction émotionnelle du témoin, provoquant simultanément avec sa réponse une gestuelle et des micromouvements inconscients et involontaires », affirme Mme Gagnon, qui a assisté à plusieurs procès afin d’observer la gestuelle des avocats, des juges et des témoins. « Une chose est frappante : il y a beaucoup de micromouvements qui se manifestent abondamment par des microdémangeaisons. » Aussi, connaître le lexique des micromouvements du corps et du visage est-il essentiel à l’avocat qui veut utiliser la synergologie comme outil supplémentaire non seulement en Cour, mais également lors de négociations.

Contradictions mises à nu

Mouvements subreptices du corps sur la chaise, clignement ou mouvement des yeux, position de la main sur le visage, froncement du front ou des sourcils, dilatation des pupilles, rougissement ou blêmissement facial, œil gauche ou droit plus grand : tous ces signes perçus et interprétés avec justesse livrent à l’avocat initié une foule d’informations précieuses sur la crédibilité de son interlocuteur à la Cour ou en négociation. « Grâce à la méthode de lecture développée par la synergologie, toutes ces observations pourront orienter la négociation ou la plaidoirie de l’avocat », fait valoir Mme Gagnon.

La synergologie met ainsi en correspondance les émotions sur-jacentes — celles que nous invoquons — avec les émotions sous-jacentes — celles que nous taisons. « En fait, explique la synergologue, tous ces petits détails gestuels qui peuvent ne durer que trois secondes expriment bien nos pensées. Lorsqu’il y a une contradiction entre ce que je dis et ce que je pense, l’influx nerveux est déplacé et va dans le membre qui voudrait ou devrait agir mais ne le fait pas. »

Topographie du corps

C’est le Français Philippe Turchet qui, en 1980, lors de ses études doctorales, s’est le premier intéressé aux micromouvements, ceux du visage et plus encore ceux du corps, qui se divisent en trois catégories : microdémangeaisons (comme se gratter l’avant‑bras), microcaresses (par exemple, se passer la main dans les cheveux) et microfixations (comme garder la main sur la bouche).

Il fonde en 1996 la discipline de lecture systématique de la communication non verbale en mettant en place la première nomenclature de la synergologie et en élaborant la topographie du corps ainsi qu’une carte cognitive des réactions psychologiques.

Ésotérique, la synergologie?

« Pas du tout! » répond d’emblée Me La Haye, qui affirme avoir commencé à pratiquer cette discipline « sans le savoir » dès le début des années 1970, alors qu’il plaidait presque exclusivement devant jury. « Douze jurés, c’est 12 juges qui décident sur les faits. Dès les premières secondes du contact visuel, vous analysez le type de personnalité par les traits du visage, les tics, la démarche, le regard fuyant », explique le plaideur.

Il y a trois ou quatre ans, en bouquinant, il trouve par hasard un livre de Turchet et l’achète. « Je constate après coup que ce que je faisais intuitivement est une science. Utiliser les gestes posés par le témoin lorsque je plaide — comment il se gratte le nez, regarde au plafond, joue avec ses doigts —, tout cela jumelé à des réponses du genre “disons que…” lorsque sa mémoire devient sélective, me permet de plaider que le témoin n’a pas de crédibilité. »

Pourquoi ne pas écouter le témoin de l’extérieur de la salle? Pourquoi les gens d’affaires ne se parlent-ils pas seulement au téléphone pour conclure un contrat? Pour MLa Haye, poser la question, c’est y répondre. « Je crois que la synergologie est utile pour tout avocat qui plaide ou qui négocie. Sa connaissance devient même indispensable pour savoir comment convaincre la personne en face de soi du bien-fondé de ses arguments et pour saisir dans quelle mesure elle est ou n’est pas réceptive. »

Si la synergologie permet de mettre en pratique ce que l’avocat observe par intuition, pour Me La Haye, elle permet surtout d’aller plus loin. « Un plaideur d’assises et un avocat d’expérience ne viendront jamais me dire que c’est de l’ésotérisme », conclut le criminaliste qui n’adhère pas aux doctrines ésotériques et qui, dans sa pratique, « exige toujours des preuves ».

« On ment plus souvent avec la main droite! »

Louise Vadnais, avocate

Les stratégies cérébrales sont étroitement liées à la synergologie, car elles permettent d’anticiper le comportement, explique la synergologue France Gibbs. Elles découlent d’un découpage du cerveau élaboré par un scientifique américain, le Dr Roger Sperry (1913-1994). « L’hémisphère gauche, qui se manifeste sur le côté droit du visage — appelé visage rationnel —, est le siège de la structure et se divise en deux quadrants, un qui organise et l’autre qui analyse, précise la synergologue. L’hémisphère droit du cerveau, qui se manifeste sur le côté gauche du visage — appelé visage émotif —, est le siège du lien et se divise lui aussi en deux quadrants, un qui crée des liens avec les autres et un deuxième qui imagine. »

Un geste révélateur

Parmi la dizaine de vidéos visionnées, celle montrant le meurtrier de Julie Boisvenu illustre une application fort éloquente de la lecture des stratégies cérébrales par la synergologie dans le but de déceler la sincérité ou la stratégie d’un individu. « On ment plus souvent avec la main droite, affirme Mme Gibbs. L’individu qui ment se situe dans le rationnel. Aussi, au moment de l’interrogatoire où l’enquêteur a découvert la stratégie du meurtrier, Hugo Bernier, ce dernier a tout de suite caché sa main droite derrière son dos dans le but de cacher sa stratégie. »

En synergologie, la main est la partie visible du cerveau et le côté droit exprime notre côté rationnel. « Comme cet influx part du cerveau, qu’on soit droitier ou gaucher, cela ne change pas l’interprétation. Quand je contrôle ce que je dis, je bloque l’émotion. En revanche, si j’ai les deux mains actives, je suis sincère, je n’exerce pas de contrôle », précise la synergologue.

Des mots et des gestes

Louise Vadnais, avocate

Dans une étude publiée en 1972, l’Américain Albert Mehrabian montre que le contenu des mots ne représente que 7 % de nos messages; 38 % de la communication est imputée à l’expression vocale (le ton, le timbre, l’intonation de la voix) et 55 % à l’expression non verbale.

D’autres experts révèlent qu’en cas de contradiction entre les mots et les gestes, nous choisissons toujours de nous fier principalement aux gestes.

Si, pour évaluer le langage verbal, il faut savoir « prêter l’oreille », « écouter le témoin », jauger le non-verbal d’une communication « est beaucoup plus subtil ». Pour bien le déchiffrer, non seulement doit-on bien « observer », c’est-à-dire « regarder attentivement » le témoin, mais il faut posséder les outils nécessaires afin de voir et d’interpréter sur-le-champ l’expression faciale et gestuelle, ce qui permet d’en juger la fiabilité et éventuellement la concordance ou la contradiction avec la parole.
Mission impossible, direz-vous? Non, si on croit l’opinion de Philippe Turchet, fondateur de la synergologie. Dans son ouvrage Les codes inconscients de la séduction, il s’explique : « Lorsque vous êtes en voiture et que vous conduisez, “l’air de rien”, vous devez coordonner environ une quinzaine de mouvements effectués par la main, le pied et les yeux. Sans parler de l’activité soutenue de vos oreilles! En synergologie, moins de dix règles logiques et concordantes permettent de lire le langage du corps. »

Pour en savoir plus

Il n’existe que 20 synergologues dans le monde. Ils sont régis par un code d’éthique disponible sur le site www.synergologie.com.