David Kellermann
Search
Annual registration Directory of lawyers

This content is currently unavailable in the requested language. Click here to see the french version of the page.

Candidats en lice

David Kellermann

Candidat au poste d'administrateur (Montréal) - 2 ans

Membre du Barreau depuis 2003

Présentation

C’est en partageant avec vous mes pensées sur notre profession que je vous permets de découvrir et de mieux comprendre qui je suis, ce que je fais et pourquoi je sollicite humblement votre appui.

Le Barreau du Québec doit être un véhicule pour habiliter ses membres. Pour les sécuriser, les rallier, leur parler, les former.

Le Barreau est à nous, pour nous. Et nous sommes au service du Barreau, défenseurs de l’image de notre profession trop souvent perçue caricaturalement. C’est une relation de soutien, de support et d’entre-aide. Cette réciprocité passe invariablement par le sentiment d’appartenance, par la confiance et la conviction que le Barreau est porteur d’une voix qui sait unifier et répondre aux attentes de ses membres - dont la diversité est indéniable - sous l’égide d’une structure attentive et rodée.

Nous sommes avocats. Nous sommes tous en quelque sorte entrepreneurs, créateurs de droits, ambassadeurs de causes, peut-être un peu philosophes.

Nous sommes en mouvement, car le droit est en mouvement et nous nous adaptons à ce que la société exige de ses institutions. La société bouge, nous bougeons avec elle. Parfois, ce sont nous, idéalistes, qui la faisons bouger.

Nous sommes figures d’espoir pour les démunis, les défavorisés et les désemparés. Nous sommes récipiendaires de la confiance souvent inconditionnelle de nos clients qui nous confient leurs histoires, leurs attentes, leur argent.

Nous sommes porteurs de responsabilités et de privilèges.

Nous sommes tous soumis aux mêmes règlements déontologiques, peu importe notre niveau d’expérience et les ressources qui sont à notre disposition pour accomplir les tâches qui nous sont confiées.

Nous avons tous des obligations envers nos clients, envers nos collègues, envers notre ordre professionnel, envers nous-mêmes. Le Barreau du Québec, ce parapluie administratif déployé au-dessus de nous, a donc la lourde tâche de nous aider à remplir nos fonctions avec intégrité professionnelle et humanité, tout en veillant aux intérêts du grand public que nous servons.

Ce faisant, le Barreau du Québec doit nous aider à atténuer le plus grand paradoxe qui existe dans le quotidien de l’avocat. La relation la plus importante de l’avocat constitue très souvent sa plus grande source d’antagonisme : le client. Car les attentes sont élevées, les délais sont souvent courts, le parcours est incertain et l’investissement tant émotif que financier est considérable. Le client est souvent ébranlé par la nécessité de recourir à un avocat. L’avocat prend le dossier et entre dans un chapitre du client qui requiert une forme d’apaisement, une réparation, une solution.

Lorsque nous prêtons serment, ces exigences, ces attentes, nous les ressentons tous les jours. Ce qui fait en sorte que nous sommes portés à juger notre propre rendement sur une base quotidienne. C’est lourd à porter. La roue ne cesse de tourner. La joie d’une mémorable journée à la cour peut, dans les minutes qui suivent notre sortie du palais de justice, céder la place à un message acrimonieux de la part d’un client incommodé par notre absence. Et nous sommes dégonflés, rapidement, parce que la satisfaction du travail bien fait ne dure jamais assez longtemps.

Nous sommes avocats, tous en quelque sorte en mouvement dans cet engrenage, parfois en concurrence, dans un dossier, dans la recherche de clients et de stabilité en affaires. Et pourtant …

Nous sommes tous membres du Barreau du Québec.

Nous faisons partie d’un ordre professionnel. Nous sommes tous unis par cette grande affiliation. La puissance de ce dénominateur commun est incontestable et doit être source d’entraide et d’appui. Il est inconcevable et inacceptable qu’autant de membres du Barreau vivent dans des conditions de véritable détresse psychologique lorsque nous avons à portée de main tant de confrères et de consœurs dont la vocation est de trouver les meilleures solutions aux problèmes les plus complexes.

Voilà pourquoi nos discours se ressemblent, car les défis sont évidents : veiller à la santé mentale des avocats, nous aider à moderniser nos outils de travail pour affiner nos connaissances, nous donner accès à une formation continue valorisante et efficace, faciliter notre parcours de travail pour nous permettre d’y trouver la satisfaction que nous méritons, VOIR chacun d’entre nous dans notre merveilleuse diversité (hommes, femmes, notre culture, notre âge, notre sexualité, notre expérience) et nous sentir comptés et importants au sein de notre ordre professionnel. Nous devons également communiquer avec la magistrature pour faciliter le travail de nos juges afin qu’ils puissent en revanche rendre le nôtre plus efficace.

Vous lisez donc à travers ces lignes que je suis un avocat fier d’avoir prêté serment (2003). Je suis lié à mes clients, soucieux des responsabilités que nous assumons, mais très motivé par l’idée que nous avons du travail devant nous pour soulager nos membres accaparés, angoissés et souvent résignés à l’idée qu’ils ou elles sont seuls dans un métier qui ne cesse de nous balancer de nouveaux défis. Je le ressens, je suis optimiste, et je veux aider à y remédier.

Expériences et réalisations

Je suis un des associés fondateurs du cabinet Kellerman Hoss-Desmarais.

Après avoir travaillé dans certains bureaux d’envergure à Montréal, je me suis spécialisé en droit de la famille.

J’ai fondé mon cabinet de litige en 2006. En 2019, MVincent Hoss-Desmarais s’est joint à nous pour fonder Kellerman Hoss-Desmarais.

Je plaide énormément. Je suis conscient des améliorations à apporter à notre procédure judiciaire, aux problèmes d’accès à la justice, à l’engorgement des tribunaux, à la multiplication des procédures, que nous devons choisir plus judicieusement. Je suis également sensible aux tracas que vivent nos clients lorsqu’ils sont pris dans les rouages de notre système judiciaire.

Je siège depuis quatre ans au Comité relations avec les membres, du Barreau de Montréal. Notre comité a créé la campagne EN-TÊTE pour promouvoir la santé mentale des membres du Barreau de Montréal. J’ai récemment mis sur pied un groupe Strava pour les membres du Barreau de Montréal dans le but d’encourager les avocats à faire du sport en cette période de pandémie et de partager leurs exploits sur ce média unique.

En 2012, j’ai fondé Continuum, avec MMartin Cabanes et MCatherine Cloutier, pour offrir une solution complète aux membres du Barreau concernant leur obligation de formation continue dans les principaux domaines de droit. Continuum a su attirer des dizaines de spécialistes qui ont offert des conférences dynamiques à un public engagé.

En 2020, Continuum est devenue la plateforme pour une série de capsules que j’ai animées sur le droit de la famille. Ces vidéos ont été diffusées sur les médias sociaux où elles ont circulé en grand nombre.

Mon projet se poursuit en 2021 avec une série de capsules vidéo en baladodiffusion - balado que j’anime et qui porte sur les multiples dimensions du droit de la famille.

En 2018 et 2019, j’ai enseigné le droit du travail et les obligations contractuelles au Collège O'Sullivan de Montréal.

J’ai gagné le concours oratoire de l’Association du Jeune Barreau de Montréal en 2002.

Je suis un des analystes en droit du sport sur TSN Montreal 690. J’ai animé de nombreuses émissions en droit du sport avec le regretté Jean Pagé, ainsi qu’avec Tony Marinaro, Ted Bird et Jean Perron.

Je suis père de trois jeunes enfants qui me comblent tous les jours. L’honneur revient pourtant à mon épouse qui les a mis au monde, sans toutefois passer sous silence ma contribution fiable en glaçons servis avec une régularité désarmante lors des trois accouchements.

Objectifs

  • Promouvoir l’empathie et la collaboration dans les rapports entre les collègues, les adversaires et leurs clients
  • Profiter de l’énorme progrès que la pandémie nous impose dans la numérisation de nos dossiers, la simplification de l’accès à la justice et continuer de promouvoir les avenues qui nous permettent d’avancer dans cette direction
  • Sensibiliser les avocats aux répercussions des problèmes de santé mentale sur soi, sur les clients et sur la famille
  • Aider à créer un groupe d’entraide pour avocats qui sont diagnostiqués avec un TDAH – le problème de santé mentale le plus recherché depuis les 30 dernières années – et des problèmes de fonctions exécutives (respect des échéances, maintien de la structure, ponctualité, stabilité de la routine)
  • Poursuivre le développement de la plateforme Strava pour promouvoir des activités sportives avec et pour les membres du Barreau
  • Promouvoir des méthodes de facturation plus prévisibles dans les domaines qui s’y prêtent
  • Mettre sur pied des forums sur l’égalité de l’opportunité afin de faire tomber les obstacles qui empêchent certains groupes d’accéder aux postes convoités
  • Aider les avocats des plus petits bureaux à se familiariser avec les ressources pour améliorer la gestion de leur pratique (encourager les utilisateurs de CLIO, Jurisconcept, Microsoft et autres à créer des ateliers de formation pour améliorer la gestion des comptes clients)
  • Améliorer la communication du Barreau avec ses membres afin qu’ils se sentent interpellés par les enjeux de notre ordre professionnel.