Search
Directory of lawyers

This content is currently unavailable in the requested language. Click here to see the french version of the page.

Candidats en lice

Me Normand Auclair

Candidat au poste d'administrateur (Outaouais) - 2 ans

Membre du Barreau depuis 1978

Élu par acclamation

Présentation

Barreau 1978

1978-1981 : Avocat-plaideur au contentieux du ministère de la Justice à Montréal

1981-1997 : Avocat civiliste au Centre communautaire juridique de l’Outaouais (aide juridique)

1997-2007 : Directeur général du Centre communautaire juridique de l’Outaouais

Expériences et réalisations

2006-2016 : Professeur au Centre de formation professionnelle du Barreau du Québec (éthique et déontologie)

2009 à ce jour : Membre du Conseil de discipline du Barreau du Québec

2010 et 2011 : À titre de coopérant bénévole avec Avocats sans frontières, j’ai participé à deux missions en Haïti. La première mission (2010) avait pour but de mettre sur pied des bureaux « d’aide légale » dans les camps, suite au tremblement de terre. La seconde mission (2011) avait pour but de dispenser de la formation en déontologie aux étudiants de l’École du Barreau de Port-au-Prince.

2012-2014 : Conseiller du Conseil du Barreau de l’Outaouais

2014-2015 : Premier conseiller

2015-2016 : Bâtonnier du Barreau de l’Outaouais

2016-2018 : Bâtonnier sortant

2015-2016 : Membre du Conseil des sections du Barreau du Québec

2014 à ce jour : Représentant de l’Outaouais à la Table provinciale de concertation en matière de petites créances

2014 à ce jour : Président fondateur et membre du Conseil d’administration du Centre de justice de proximité de l’Outaouais

2015 à ce jour : Représentant du Barreau du Québec au sein du Comité sur la sténographie officielle

2003-2014 : Membre du Conseil d’administration de l’hôpital Pierre-Janet

1991-1998 : Vice-président du Comité d’éthique du Centre hospitalier des Vallées de l’Outaouais

Objectifs

Comme vous avez pu le constater en prenant connaissance de mon expérience, la majorité de mes 40 années comme membre du Barreau du Québec ont été consacrées à favoriser l’accès à la justice qui fait partie intégrante de la mission de notre barreau.

Il est donc tout à fait normal que mon premier objectif soit axé sur l’accès à la justice.

À cet effet, il y a présentement 10 Centres de justice de proximité (CJP) au Québec.

Or, il est tout à fait inacceptable qu’aucun de ces CJP ne se trouve ni à Laval ni dans Laurentides-Lanaudière

1. Travailler à mettre sur pied un CJP à Laval, 3ville la plus populeuse au Québec avec plus de 450 000 habitants

2. Travailler à ce qu’un CJP voit le jour dans Laurentides–Lanaudière, qui a une population supérieure à 1 million d’habitants et qui compte 5 palais de justice et 6 districts judiciaires.

3. Voir à augmenter la rémunération des juristes qui travaillent dans un CJP et ce, afin de mettre fin au très haut taux de roulement.

On a bien beau parler d’accès à la justice, mais encore faut-il que cette justice soit accessible.

L’accessibilité à la justice implique forcément que celle-ci se rapproche du citoyen.

4. Travailler à ce que le TAQ puisse tenir ses audiences à Laval et ce, afin d’éviter aux personnes (souvent fort démunies) d’avoir à se déplacer à Montréal.

Il me semble important de revoir les tarifs pour les avocats qui acceptent des mandats de l’aide juridique.

Cette situation dure déjà depuis fort longtemps, pour l’ayant vécue de 1997 à 2007 alors que le soussigné était le directeur général du Centre communautaire juridique de l’Outaouais (aide juridique).

Comment expliquer qu’un procureur de la Couronne soit beaucoup mieux rémunéré que l’avocat qui représente l’accusé?

Comment expliquer qu’un avocat de l’aide juridique qui représente un client dans le cadre d’un divorce contesté soit beaucoup mieux rémunéré que l’avocate qui représente la partie adverse?

Idem pour la représentation devant les tribunaux administratifs.

La problématique est encore plus criante lorsqu’il s’agit de dossiers complexes.

5. Voir de façon urgente à l’augmentation des tarifs pour les avocats qui acceptent des mandats de l’aide juridique.

Compte tenu du contexte dans lequel évolue notre profession.

6. Envisager la possibilité de moduler les cotisations pour les avocats de 5 ans et moins de pratique.

Le gouvernement du Québec vient d’injecter des centaines de millions dans la transformation numérique.

De plus en plus d’organismes procèdent présentement à une transformation numérique pour ne mentionner que le Tribunal administratif du travail, certaines cours municipales, etc.)

7. Encourager et agir à titre de facilitateur afin d’aider les avocats à prendre le virage numérique.

En terminant, j’aimerais vous remercier chers confrères de l’Outaouais, de Laval et de Laurentides–Lanaudière pour l’honneur que vous me faites de pouvoir vous représenter et ce, pour les deux prochaines années et, soyez assurés de mon entière disponibilité à vous rencontrer.