Catherine Bourget
Recherche
Bottin des avocats

Candidats en lice

Catherine Bourget

Candidate au poste d'administrateur (Québec) - 2 ans

Élue

Membre du Barreau depuis 2014

Note Le texte ci-dessous a été fourni tel quel par la candidate.

Présentation

C’est avec un vif enthousiasme que je soumets ma candidature pour le poste d’administratrice, section de Québec, au Conseil d’administration du Barreau du Québec pour l’exercice 2022-2023.        

Membre du Barreau depuis 2014, je pratique chez Langlois avocats comme associée en litige, principalement dans le domaine du droit des assurances et de la responsabilité civile et professionnelle. Je représente ainsi mes clients devant les diverses instances judiciaires, autant dans le district de Québec que dans plusieurs autres districts. Au sein de mon cabinet, je m’implique activement dans le recrutement étudiant, dans le mentorat ainsi que dans l’organisation d’activités mobilisatrices. J’ai également agi comme conférencière à plusieurs occasions, la plus récente étant lors du Colloque des développements récents en droit des assurances du Barreau du Québec, en décembre 2021.

Sur le plan personnel, j’ai à cœur de mener les projets que j’entreprends à terme et avec rigueur. Je sais faire preuve d’une grande écoute et je suis passionnée par notre profession.

Expériences et réalisations

L’implication est au cœur de mes priorités depuis plusieurs années.  De 2015 à 2017, j’ai été membre du conseil d’administration d’Entraide Jeunesse Québec, un organisme communautaire dont la mission est d’offrir du soutien et des activités de prévention aux jeunes âgés de 12 à 25 ans, afin qu’ils développent des habiletés personnelles leur permettant d’accroître leur autonomie.

Je me suis également impliquée dans la communauté juridique, en siégeant sur le conseil d’administration du Jeune Barreau de Québec (« JBQ ») de 2017 à 2020. J’y ai occupé les postes de conseillère, secrétaire-adjointe et deuxième vice-présidente. Cette implication au sein du JBQ m’a permis d’avoir une bonne compréhension des enjeux et préoccupations vécus par les jeunes avocats, mais également de mieux connaître les diverses réalités et aspects de la pratique vécus par chacun des membres. Cette expérience ainsi que mon implication au sein d’Entraide Jeunesse Québec m’ont également appris beaucoup en matière de gouvernance et au sujet des compétences requises pour siéger sur un conseil d’administration.

Dans le cadre de mes trois mandats au sein du JBQ, j’ai été impliquée dans plusieurs comités, notamment à titre de responsable du Comité des affaires publiques en 2017-2018 et de co-responsable du Comité des services aux membres en 2019-2020. J’ai aussi fait partie du Comité sur la santé mentale en 2018-2019, notamment en organisant une activité sur la gestion du stress. Je suis d’ailleurs très heureuse de voir que le programme Répit, une initiative du JBQ, a été lancé à l'échelle provinciale par le Barreau du Québec.

Ayant à cœur l’accessibilité à la justice, j’ai organisé la clinique téléphonique juridique de 2017 à 2019, en partenariat avec le Jeune Barreau de Montréal pour les éditions 2018 et 2019. J’ai aussi agi comme bénévole de la clinique en 2020.

Afin de permettre aux jeunes avocats d’élargir leur réseau, un aspect crucial en début de pratique, j’ai aussi mis sur pied avec deux de mes collègues du conseil d'administration du JBQ un cocktail de réseautage visant à réunir la communauté d’affaires de Québec. Lors de sa deuxième édition en 2019, le cocktail de réseautage a été organisé en collaboration avec le Regroupement des comptables professionnels agrées de Québec, l’Association CFA Québec et la Jeune chambre de commerce de Québec afin d’élargir les occasions de réseautage.

Avec l’aide d’autres conseillers, j‘ai organisé l’édition 2019 du 5 km du JBQ, une course au profit du Centre communautaire Jacques-Cartier ainsi que l'édition 2019 du Rabat d’Or, le concours oratoire du JBQ.

Durant mes trois années au sein du conseil d’administration, j’ai fait preuve d’un grand engagement afin de mener à terme les nombreux projets innovateurs que le JBQ souhaitait réaliser.

Enfin, à titre de représentante du Jeune Barreau de Québec, j’ai siégé sur le Comité de promotion des modes de prévention et de règlement des différends du Barreau de Québec de 2017 à 2019. Avec ce comité, nous avons mis en place un document résumant les diverses avenues s’offrant à un justiciable en matière de règlement à l’amiable, le tout afin de rendre ces modes de règlement des différends plus accessibles. J’ai également siégé au comité de liaison du Barreau de Québec avec la Cour du Québec en 2019-2020.

Objectifs

Le Barreau du Québec est un acteur primordial de notre société, autant pour les membres de la profession, que pour le public. S’impliquer au sein du conseil du Barreau du Québec représente pour moi l’occasion de faire avancer notre pratique d’avocat et de s’assurer qu’elle s’inscrit bien dans les besoins de notre société actuelle. Ainsi, je souhaite m’impliquer dans les réflexions et prises de position du Barreau sur certains sujets d’actualité, le tout afin de poursuivre la mission de protection du public et de promotion de la primauté du droit.

Bien que je considère tous les dossiers actifs du Barreau comme importants, deux chantiers m’intéressent particulièrement : le bien-être psychologique et la modernisation de la justice.

À mon avis, le bien-être psychologique est un sujet qui mérite encore d’être à l’avant-plan. La santé mentale des avocats doit être une priorité et le travail à faire à ce sujet doit continuer. Le Barreau du Québec a fait beaucoup au courant des dernières années pour le bien-être psychologique des avocats, notamment par la mise sur pied d’un comité, des campagnes de sensibilisation et la création d’une section dédiée sur l’Espace A. À titre d’administratrice, j’aimerais contribuer à ce travail et le poursuivre en mettant l’accent sur la prévention.

Concrètement, il faut repenser certaines façons de fonctionner afin de faciliter le travail des avocats et permettre un meilleur équilibre. Il va de soi que la modernisation de la justice s’inscrit dans cette optique et que ces changements seront bénéfiques pour les justiciables.

Je crois également que la discussion est un élément clé de la prévention. J’aimerais mettre de l’avant des conversations avec des experts de divers domaines qui abordent le bien-être psychologique, les différentes façons d’y accéder ainsi que des outils, dans un format qui offre une grande accessibilité, comme un balado.

La modernisation de la justice est évidemment un sujet d’actualité, la pandémie ayant bousculé nos habitudes et révélé certains retards. Le projet Lexius piloté par le ministère de la Justice est débuté et le Barreau du Québec y collabore activement. Je souhaite ainsi faire partie de ce projet en m’y impliquant au sein du Barreau. Je considère également qu’un des volets importants de la modernisation de la justice est l’accompagnement des membres, afin que les avocats puissent développer les compétences nécessaires pour suivre l’évolution technologique. J’aimerais ainsi mettre l’accent sur cet accompagnement auprès des membres.

En tant qu’avocate en litige qui pratique dans plusieurs districts au sein de la province, je suis à même de constater l’importance de ce projet, notamment pour faciliter l’accès à la justice et rendre le système de justice plus efficace. Par exemple, l’utilisation d’outils pour que les pièces déposées par les parties soient projetées et annotées au fur et à la mesure du procès faciliterait le déroulement des audiences et réduirait ainsi certains délais liés à la gestion de documents. L’utilisation d’un portail numérique avec un accès facile aux dossiers de Cour rendrait la justice plus accessible et limiterait d’ailleurs les délais. Ce ne sont que quelques exemples parmi tant d’autres.

Enfin, les questions environnementales sont d’un grand intérêt pour moi, alors que je suis membre du comité Environnement du Jeune Barreau de Québec depuis sa création en 2019. J’ai d’ailleurs travaillé sur la politique environnementale qui a été adoptée par le Jeune Barreau de Québec la même année. J’aimerais ainsi m'assurer que ces sujets soient également abordés au sein du Barreau du Québec, afin que le Barreau puisse réfléchir à l'adoption de saines pratiques environnementales.

En conclusion, ce serait pour moi un grand honneur de pouvoir représenter les membres de la section de Québec au sein du conseil d’administration du Barreau du Québec.