Philippe Messina
Recherche
Inscription annuelle Bottin des avocats

Candidats en lice

Philippe Messina

Candidat au poste d'administrateur (Montréal) - 2 ans

Membre du Barreau depuis 1978

Consulter la version anglaise

Présentation

Né en France, dans le petit village de Saint-Chamond, mes parents ont immigré au Québec alors que j’avais 4 ans. Mon père a rapidement accepté un travail à Val d’Or dans les mines de la région, alors que ma mère cherchait du travail comme couturière. Nous étions forcés de déménager très souvent puisqu’il était difficile de trouver du travail stable. À Montréal, il y avait plus d’opportunités et, malgré les difficultés financières, mes parents ont réussi à nous inculquer l’importance d’une éducation, quelque chose qu’ils n’avaient pas eu l’opportunité de poursuivre eux-mêmes.

Bachelier en arts de l’Université Concordia en 1974, avec concentration en sciences politiques, j’ai poursuivi mes études à la Faculté de droit de l’Université McGill, où j’ai accompli mon baccalauréat en droit.

Membre du Barreau du Québec depuis 1978, j’ai débuté ma carrière en pratique privée, ayant comme spécialités le droit civil et le droit commercial pendant plus de 15 ans. Par la suite, j’ai accepté le poste de procureur et chef du contentieux à la Ville de Saint-Léonard. En 2002, lors des fusions municipales, j’ai accepté le poste de procureur en chef adjoint et plus tard, celui de chef de division de l’équipe pénale à la Direction des poursuites pénales et criminelles de la Cour municipale de la Ville de Montréal, où j’ai exercé pendant 25 ans. Retraité de la Cour municipale, je suis maintenant de retour en pratique privée.

Expériences et réalisations

Au cours de ma pratique j’ai rencontré des milliers d’avocats et j’ai toujours eu une écoute attentive concernant leur pratique et les difficultés qu’ils vivaient.

Comme administrateur je serai là pour vous représenter et sensibiliser le Barreau du Québec à vos besoins et préoccupations. Je serai disponible en tout temps pour assurer une meilleure communication entre vous et notre ordre professionnel.

En tant que procureur chef de division, à la Cour municipale de la Ville de Montréal, j’ai exercé en droit criminel et pénal; étant responsable entre outre de la divulgation de la preuve de la poursuite, j’ai dû interagir avec les justiciables, les victimes, les avocat.e.s de la défense ainsi que les intervenants judiciaires et le SPVM.

Membre actif du comité municipal qui a été formé pour étudier la faisabilité du port des caméras corporelles par le SPVM, cette expérience enrichissante m’a permis d’évaluer les préoccupations des citoyens et les difficultés concernant la gestion des éléments de preuve. 

Fier membre d'une communauté ethnoculturelle, de par ma diversité et mon intégrité, consciencieux et extrêmement travaillant, je présente ma candidature pour défendre non seulement les meilleurs intérêts des membres de notre profession, mais également pour assurer à la communauté un meilleur accès à la justice, le respect de leurs droits légaux et constitutionnels et ce, dans la langue de leur choix, sans distinction d'âge, de race, de religion, d'orientation sexuelle, de limitations physiques ou mentales ou de statut social.

Ancien président de l'Association des juristes italo-canadiens du Québec, j’ai mis en place des colloques offrant à nos membres des formations à des prix très raisonnables et je continuerai de me battre pour que le Barreau du Québec offre des formations obligatoires à des prix abordables, afin d’accomplir les heures de formation continue reconnues par le Barreau du Québec.

Je veillerai à travailler en concertation avec les autres membres du Conseil d’administration pour que nos cotisations annuelles soient également plus abordables pour tous les membres.

Ma contribution à l'avancement de notre profession inclut des pistes de solutions dont les citoyens de Montréal en difficulté ont pu profiter, telles que les projets et les programmes qui ont été mis en place à la Cour municipale de la Ville de Montréal. Ces différents projets et programmes ont su moderniser une partie importante de notre système judiciaire et devront, à mon avis, être instaurés dans toutes les cours de la province. Pour ce faire, je reconnais que la participation et la contribution continuelle du Barreau du Québec sont essentielles. Je suis prêt à travailler en concertation avec notre prochain(e) bâtonnier ou bâtonnière dans le but d’assurer la bonne continuation de ces programmes et projets.

Étant une personne qui aime résoudre les problèmes, j’accepte les défis avec courage et dévouement à la tâche. Je suis toujours à la recherche de solutions positives. Je suis prêt à travailler en concertation avec les autres membres du Conseil d’administration afin de promouvoir un système juridique virtuel et sans papiers, tout en me souciant du bien-être de nos membres. 

Objectifs

En tant qu’administrateur, je vais accomplir mon mandat avec rigueur et objectivité, tout en gardant à l’esprit que la mission première du Barreau est la protection du public.

Bien que les priorités du Barreau du Québec soient dictées par la bâtonnière ou le bâtonnier, voici quelques sujets que j’aimerais aborder avec la collaboration du Conseil d’administration :

1. Modernisation de la justice

Cette triste pandémie que nous vivons présentement nous a obligés à nous ajuster à une nouvelle réalité dans la pratique du droit. Que ce soit lors des procès en salle d’audience, des entrevues avec nos clients ou des réunions entre collègues, la pratique du droit a été bouleversée, mais elle nous a aussi démontré que nous pouvons faire des choses différemment.

Je suis prêt à travailler en étroite collaboration avec le Barreau afin d’assurer la mise en place des meilleures pratiques, lesquelles ont été développées durant cette période de notre histoire, telles que :

  • l’élimination de l’utilisation du papier, dans la mesure du possible;
  • subventionner la modernisation des technologies informatiques;
  • standardiser le plus possible les plateformes informatiques.

Les ressources technologiques sont là pour nous et tous les avocats doivent être formés pour les utiliser correctement et efficacement. Je proposerai que le Barreau du Québec prenne la responsabilité de former tous les membres sur l’utilisation de ces avancements technologiques à notre disposition.

Le Barreau participe présentement à plusieurs projets de modernisation avec Justice Québec. J'apporterai mon expertise sur le volet de la modernisation du système de justice pénale et criminelle, tant sur les questions de la divulgation électronique de la preuve que sur les audiences à distance. Ayant participé au développement de ces nouvelles approches et autorisé des procédures judiciaires en utilisant des preuves entièrement numérisées, je pourrai partager cette expertise avec le Conseil d'administration, qui sera certainement bénéfique pour tous nos membres ainsi que pour le public.

Il ne faut pas oublier que les besoins d’accessibilité de la justice en matière civile restent criants. À ce titre, je vais soutenir tous les efforts mis en place par le Barreau pour assurer qu’une justice rapide et efficace soit rendue, peu importe le domaine de droit.

Les juridictions en matière de violence conjugale de la Cour du Québec et la Cour municipale de la Ville de Montréal sont chaotiques pour les citoyens de Montréal et pour les avocat.e.s et elles nécessitent d’être revues. Présentement, dans le district judiciaire de Montréal, la moitié des dossiers de violence conjugale sont traités à la Cour municipale de la Ville de Montréal et l’autre moitié est traitée à la Cour du Québec.  Cette situation crée beaucoup de confusion pour les victimes, les avocat.e.s de la défense, les corps policiers et même que les procureurs.

Le Barreau du Québec doit s’impliquer sans plus tarder à la réorganisation de ces juridictions à Montréal pour le bien des avocat.e.s et les citoyens de Montréal.

2. Congés parentaux

Père de triplettes, je comprends trop bien les défis auxquels nos membres font face alors qu’ils se doivent de veiller sur leur carrière en maintenant leurs responsabilités familiales.

En tant que gestionnaire pour le DPCP à la Cour municipale de la Ville de Montréal depuis plus de 25 ans, j’étais aux premières loges pour constater les nombreuses situations difficiles auxquelles nos jeunes avocates et avocats devaient faire face dans le but de bien vouloir équilibrer leurs devoirs professionnels et leurs obligations familiales.

C’est pourquoi j’aimerais sensibiliser le Conseil d’administration du Barreau du Québec à l’aide que nous devons apporter à nos membres faisant face à de telles situations. Présentement, nos membres sont forcés de prendre des décisions à la demande de la magistrature, sans égard à leur situation de maternité ou familiale. Il faut que cela cesse.

3. Soutien des jeunes avocat.e.s et les avocat.e.s à la retraités

Trop souvent, les jeunes avocat.e.s doivent se débrouiller seuls. La ressource d'avocat.e.s à la retraite est un atout qui n'a pas été utilisé à son plein potentiel. Je proposerai au Barreau de mettre en place un programme de mentorat structuré, où l'expérience des avocat.e.s retraités et les connaissances qu'ils ont accumulées au fil des ans, pourront être transmises à ces jeunes avocat.e.s, qui ont trop souvent besoin de conseils.

De plus, le Barreau doit jouer un rôle plus important en veillant à ce que tous les stagiaires reçoivent la formation appropriée qu'ils méritent et moyennant une rémunération juste et équitable.

4. Le racisme et le harcèlement

Le racisme et le harcèlement psychologique et sexuel sont aujourd'hui plus répandus que jamais dans notre société et il n'y a aucune raison de croire que notre profession est exempte de ces graves problèmes. La sécurité de l'emploi et les représailles ont toujours empêché les victimes de se manifester pour dénoncer ce comportement. C'est compréhensible mais inacceptable. Par conséquent, je proposerai que le Barreau du Québec établisse pour nos membres une structure indépendante et confidentielle qui traitera toutes les plaintes de racisme et de harcèlement sexuel et psychologique en milieu de travail.

5. Formation continue

Ayant organisé de nombreux séminaires pour la formation obligatoire au fil des années, je comprends l'importance de mettre en place une présentation pertinente et bien structurée. Plus récemment, les webinaires sont devenus la norme et cette nouvelle approche est à la fois plus accessible pour nos membres et moins dispendieux pour les organisateurs. Je proposerai au Barreau du Québec que les prix de ces formations soient réduits pour être plus abordables pour nos membres.

Dans le but d’avoir une bonne représentation au Barreau du Québec et prenant en considération mes objectifs, mon expérience de vie et professionnelle, je vous soumets ma candidature et souhaite pouvoir compter sur votre appui lors des élections qui débuteront le 4 mai prochain.