Régis Boisvert
Recherche
Bottin des avocats

Candidats en lice

Régis Boisvert

Candidat au poste d'administrateur (Québec) - 2 ans

Membre du Barreau depuis 2009

Présentation

Natif de Val d’Or, j’ai ensuite grandi à Laval avant d’entreprendre mes études en droit à l’Université d’Ottawa. J’ai effectué mon stage à la Cour d’appel du Québec et je suis membre du Barreau depuis 2009. En 2011, j’ai joint l’équipe du Directeur des poursuites criminelles et pénales du palais de justice de Québec.

En tant que procureur, j’exerce la profession d’avocat en droit criminel et j’ai l’occasion d’interagir avec des justiciables, des victimes, des avocates et avocats de la défense et différents intervenants judiciaires tels les corps policiers ou encore le Centre d’aide aux victimes d’actes criminels. Cette pratique me permet de constater les besoins et les enjeux en matière d’administration de la justice pénale et criminelle. En me présentant à un poste d’administrateur, je veux apporter cette voix au Conseil d’administration de notre Ordre.

J’ai été administrateur du Barreau du Québec de mai 2018 à mai 2020. Certains sujets sur lesquels j’ai travaillé lors de mon premier mandat, comme la réforme de l’École du Barreau, sont toujours en chantier et je désire à nouveau m’impliquer dans ces dossiers. J’ai adoré mon expérience d’administrateur et je souhaite représenter une fois de plus les avocates et avocats de Beauce, Montmagny et Québec au Conseil d’administration du Barreau du Québec.

Expériences et réalisations

Je me suis toujours impliqué durant mon parcours professionnel et étudiant. Pour moi, il s’agit d’une occasion d’être un acteur de changement et de faire avancer la profession. C’est ce qui m’a amené à m’impliquer dans la section du Barreau de Québec, d’abord à titre de membre du Conseil d’administration du Jeune Barreau de Québec (2014 à 2018). J’ai eu l’honneur d’être président du Jeune Barreau de Québec durant l’année 2016-2017. Durant mon mandat, une bourse de démarrage de cabinet a été mise sur pied afin d’aider les jeunes avocats à se positionner sur le marché du travail.

J’ai été membre du Conseil d’administration du Barreau de Québec de 2015 à 2017. Cette implication m’a permis non seulement de siéger à différents comités du Barreau de Québec, mais aussi d’entrer en contact avec des avocates et des avocats de tous milieux confondus et de connaître les défis et les problématiques liés aux différents domaines du droit. Ces expériences font en sorte que je saurai adéquatement représenter la section de Beauce, Montmagny et Québec au sein du Conseil d’administration du Barreau du Québec.   

Voici mes principales implications au sein de la profession :

  • Administrateur du Barreau du Québec (2018-2020)
    • Membre du Comité d’éthique et de gouvernance du Barreau du Québec (2018-2020)
  • Président du Jeune Barreau de Québec (2016-2017)
  • Conseiller du Barreau de Québec (2015-2017)
  • Membre du Conseil des sections (2016-2017)
  • Membre du comité LGBT du Barreau du Québec (2017 à ce jour)

Objectifs

En tant qu’administrateur, je vais accomplir mon mandat avec rigueur et objectivité, tout en gardant à l’esprit que la mission première du Barreau est la protection du public. Bien que les priorités du Barreau soient dictées par la bâtonnière ou le bâtonnier, voici les sujets qui me tiennent à cœur et sur lesquels je souhaite ardemment travailler.

1. Modernisation de la justice

La justice subit davantage le changement qu’elle ne le crée. Que ce soit en raison de l’arrêt Jordan ou la COVID-19, le système judiciaire a dû rapidement s’adapter à de nouveaux changements et la tâche n’est pas terminée. Les efforts mis en place par tous les intervenants ont démontré qu’il était possible de moderniser la justice, de tenir des audiences à distance et de s’adapter rapidement. Ces derniers mois confirment que l’informatisation de la justice et l’actualisation des systèmes informatiques sont des incontournables pour que la justice reste efficace et accessible.  

Le Barreau participe au projet Lexius qui vise une justice numérique en 2023. En tant que procureur aux poursuites criminelles et pénales, j’apporterai mon expertise sur le volet de la modernisation de la justice criminelle et pénale, tant sur les questions de la divulgation de la preuve de façon électronique que sur celle des audiences à distance.

Déjà, des audiences se tiennent par visioconférence. De plus, des services judiciaires sont maintenant offerts le dimanche, en plus du samedi, notamment pour des comparutions à des infractions criminelles et des enquêtes sur remise en liberté. Ayant participé aux comparutions de fin de semaine et autorisé des poursuites judiciaires à l’aide d’une preuve entièrement numérisée, je saurai faire part de cette expérience au Conseil d’administration.

Il ne faut pas oublier que les besoins d’accessibilité de la justice en matière civile restent criants. À ce titre, je vais soutenir tous les efforts mis en place par le Barreau pour s’assurer qu’une justice rapide et efficace soit rendue, peu importe le domaine de droit.

2. Une profession et une société plus inclusive

La société se diversifie et les mentalités changent. Le Barreau doit refléter ces changements sociétaux. La profession doit être plus inclusive et tolérante. Le Barreau doit poursuivre ses efforts pour favoriser une meilleure égalité pour les femmes, les personnes issues des minorités et les Autochtones. À ce titre, je salue les efforts du Comité de la Justice dans le Nord et du sous-groupe sur le racisme et la profession.

Le Barreau a récemment publié un rapport intitulé Enquête sur le harcèlement et les violences à caractère sexuel dans la pratique du droit. Ce rapport démontre que beaucoup de personnes sont victimes de harcèlement à caractère sexuel. Cela doit changer.

Je suis membre du comité LGBT du Barreau du Québec depuis 2017 et je m’implique dans l’Alliance Arc-en-ciel de Québec, un organisme communautaire qui fait la promotion et la défense des droits des personnes de la communauté de la diversité sexuelle et de la pluralité des genres. La réforme du droit de la famille annoncée par le gouvernement est une occasion de moderniser les règles de droit touchant notamment la procréation assistée et l’homoparentalité. À la suite du jugement Centre for Gender Advocacy v. Attorney General of Quebec, le gouvernement a l’opportunité d’actualiser les règles du Code civil concernant l’identité et l’expression de genre. Le Barreau du Québec sera consulté sur d'éventuels projets de loi touchant ces sujets et je désire apporter mes connaissances sur ces questions au Conseil d’administration.

3. Réforme de l’École du Barreau

L’École du Barreau mène actuellement une réforme de son programme et est en voie de révolutionner la formation professionnelle en mettant sur pied une clinique juridique. Les étudiants, dans l’encadrement de cette clinique, pourront émettre des avis juridiques et poser certains actes juridiques. En plus de favoriser l’accessibilité de la justice, cette clinique permettra aux stagiaires de développer leurs connaissances et habiletés pratiques. En tant qu’administrateur, je veillerai à ce que cette réforme s’implante efficacement et permette aux stagiaires et aux nouveaux avocats d’acquérir des connaissances adaptées aux réalités de la pratique.

4. Représenter les membres de la section de Beauce, Montmagny et Québec

La pandémie aura des conséquences importantes sur les membres du Barreau. En ce sens, je salue les efforts du Barreau du Québec sur la question de la santé mentale des membres. Ce sera un sujet incontournable au cours des prochaines années. Il est essentiel de poursuivre le travail afin de s’assurer de la santé psychologique des membres et, incidemment, de la protection du public.

Également, il faut épauler et aider les jeunes avocates et avocats qui devront se frayer un chemin dans un marché qui s’avère incertain, que ce soit en les soutenant par du mentorat, des congés parentaux, ou en s’assurant que les cotisations pour les nouveaux membres restent peu élevées.

Il s’agit, en grandes lignes, des idées et des points sur lesquels j’aimerais travailler au cours d’un éventuel mandat au Conseil d’administration du Barreau du Québec. Bien sûr, ce siège d’administrateur est également un poste de représentant de la section de Beauce, Montmagny et Québec. Je vous invite donc à venir parler avec moi au cours de la campagne électorale afin d’échanger des idées et me faire part de votre vision du Barreau.

Avocates et avocats de Beauce, Montmagny et Québec, je vous invite à voter pour moi et j’espère avoir le privilège de vous représenter au cours des deux prochaines années!