ATTENTION : Les archives du Journal du Barreau vous sont présentées telles qu'elles ont été déposées sur le Web au moment de leur publication. Il est donc possible que certains liens soient non fonctionnels et que certains renseignements soient périmés.

Pour toute question ou commentaire concernant le Journal, communiquez avec journaldubarreau@barreau.qc.ca

Visitez la page officielle du Journal du Barreau sur le site Web du Barreau du Québec.

 

Meilleurs vœux...

Jacques Fournier

D'ici quelques jours, le compte à rebours de la dernière année du XXe siècle et du second millénaire aura commencé. Nous entrevoyons tous l'avenir de notre profession avec un peu d'appréhension face, notamment, aux bouleversements technologiques qui changent radicalement notre façon de pratiquer et aussi l'espace commercial dans lequel nous évoluons.

Il apparaît de plus en plus évident que les barrières commerciales sont en voie de disparaître, et ce qui était impensable, il y a 55 ans à la fin de la Seconde Guerre mondiale, est devenu réalité. L'Europe est en voie de devenir un grand pays, les barrières commerciales n'existent plus et pour favoriser l'intégration des économies, on a créé une monnaie commune.

L'Amérique du Nord d'abord et une bonne partie de notre hémisphère se dirigent dans le même sens, et ici encore on voit sauter ces barrières commerciales. Il n'est pas improbable que sous peu et malgré l'océan qui nous sépare, nous venions à une intégration progressive de toute l'économie occidentale.

Pourquoi aborder ce sujet à l'aube d'une année nouvelle? Parce que les mutations auxquelles nous assistons et auxquelles parfois nous participons commandent des changements au niveau juridique. Nous devons tenir compte de ces réalités nouvelles. L'émergence d'un nouvel espace commercial suppose la mise en place de législations supranationales qui viendront assurer la sécurité du commerce et la stabilité des échanges. La conjoncture, bien qu'elle soit de source différente, n'est pas sans rappeler la consolidation des coutumes locales dans le Code Napoléon au moment de la première codification des lois civiles de l'ère moderne. En effet, l'édification de l'empire avait fait naître la nécessité d'uniformiser les règles de droit pour favoriser les échanges. Les changements technologiques nous propulsent dans cet espèce d'empire commercial mondial et la nécessité d'ajuster nos législations à ces nouveaux phénomènes est à nos portes.

Nous devons, comme avocats et juristes, être à l'affût des opportunités que crée le nouvel environnement mondial et saisir la chance de participer activement à ce monde nouveau en émergence.

Dans ce contexte, il est certain que la pratique du droit sera modifiée et enrichie et il appartient à chacun d'entre nous de voir et de profiter des marchés nouveaux qui ne manqueront pas de se développer.

Nous, avocats du Québec, sommes au carrefour des deux grands systèmes de droit qui régissent les activités des pays en voie d'unir leurs efforts. Nous devrions profiter de cette double appartenance pour nous imposer tout naturellement comme des acteurs importants des changements annoncés.

Sur ce, je vous souhaite à toutes et à tous une très bonne année et je vous invite à participer activement aux activités qui marqueront les nombreux anniversaires que nous fêterons en 1999.

Joyeuses fêtes!

Le bâtonnier du Québec,
Jacques Fournier