ATTENTION : Les archives du Journal du Barreau vous sont présentées telles qu'elles ont été déposées sur le Web au moment de leur publication. Il est donc possible que certains liens soient non fonctionnels et que certains renseignements soient périmés.

Pour toute question ou commentaire concernant le Journal, communiquez avec journaldubarreau@barreau.qc.ca

Visitez la page officielle du Journal du Barreau sur le site Web du Barreau du Québec.

 

La pratique de la profession

Des résolutions

FARPBQ*

Comme à chaque fin d'année, le temps est venu de faire le bilan de votre pratique. C'est également le temps pour chaque avocat de prendre des résolutions afin d'améliorer son sort pour les 365 prochains jours. Pour entamer l'année 1999 du bon pied, le Fonds d'assurance responsabilité professionnelle du Barreau du Québec (FARPBQ) vous propose d'adopter une série de résolutions liées à la pratique de la profession.

Ces résolutions sont le fruit de la réflexion de l'équipe du FARPBQ sur l'année qui s'achève, mais aussi des dix ans d'expérience du Fonds, qu'il fête cette année. C'est en effet le 1er mai 1988 qu'entraient en vigueur les premières polices d'assurance du FARPBQ. Durant ces dix années, le Fonds a travaillé à tout mettre en œuvre afin de respecter les objectifs qu'il s'était fixés, notamment d'offrir à tous les membres une assurance responsabilité professionnelle au moindre coût possible.

À l'aube de l'an 2000, le FARPBQ pousse la limite encore plus loin afin d'offrir à ses membres une protection par sinistre de 5 M $ à un coût de un dollar (avec paiement suspendu). La santé financière du Fonds est l'affaire de tous les assurés. Chacun peut faire sa part en respectant certaines règles de conduite qui réduisent considérablement le risque de faire l'objet d'une poursuite. Voici donc les suggestions de résolutions proposées par le Fonds pour la prochaine année :

- Je promets de toujours garder mon sang-froid et mon calme, peu importe l'attitude de mes consoeurs-confrères. Il est inutile de mettre de l'huile sur le feu. Rappelez-vous les multiples exemples donnés par le FARPBQ en matière de courtoisie, d'éthique, d'abus de procédures, de libelle diffamatoire... Cette résolution vise non seulement l'avocat Lucky Luke de la mise en demeure, mais également son ombre qui peut difficilement résister à l'envie d'y répliquer.

- Je promets de toujours ajouter à l'agenda une inscription de toutes dates-butoirs une semaine à l'avance. Ainsi, vous éviterez de vous retrouver à la veille d'une catastrophe (où la nuit ne compte pas assez d'heures) ou au matin de votre exécution. Cette habitude aura aussi pour avantage de parer à des erreurs dans le calcul des délais. Or, c'est bien connu, les mathématiques ne sont souvent pas le fort de l'avocat.

- Je promets d'éviter les relations inappropriées avec mes clients, que la personne soit physique ou morale, ou même les deux. Par exemple, l'avocate actionnaire d'une compagnie et dont le client est devenu son petit ami, devrait s'abstenir de lui suggérer d'investir dans sa compagnie, surtout si celle-ci est appelée à faire faillite par la suite (difficile d'être plus intime!).

- Je promets d'éviter également les relations professionnelles avec mes amis, à moins d'agir avec rigueur, au risque de les perdre en cours de mandat. Il en sera notamment ainsi si vous découvrez (malgré vous) que vous n'avez pas compris toute l'étendue du mandat ou si vous tentez, ô suprême insulte, de facturer vos honoraires, sans une entente préalable.

- Je promets d'éviter les clients qui sont des habitués du palais de justice et qui en connaissent plus que moi sur la procédure civile. Cette catégorie inclut particulièrement le futur client qui, lors de votre première rencontre, vous explique compter énormément sur vous, et comment vos six prédécesseurs n'ont rien compris à ce dossier pourtant si simple.

- Je promets d'informer mon client, dès que possible, de l'ampleur et de la complexité du mandat confié et de sa bonne fortune d'avoir frappé à ma porte. Ce sont les anges qui ont guidé ses pas ou ses doigts vers votre étude et ça prendra une combinaison de votre talent et d'un miracle pour avoir gain de cause mais le risque, bien qu'il soit malheureusement le sien, vaut la peine d'être pris en toute connaissance de cause. Une variation sur le thème de cette résolution devrait être écrite sur chaque mandat.

- Je promets de faire une copie complète du dossier de mon client lorsque celui-ci me retire son mandat, plutôt que de lui dire tout simplement: « Vade retro, bananas! Tiens voilà ton [fichu???] dossier! Va-t-en et ne reviens jamais! Je ne veux plus avoir affaire à toi! » Que de paroles inutiles et de vœux gaspillés! Bien sûr, vous en entendrez parler. Bien sûr, quelqu'un en autorité va vouloir avoir une copie de votre dossier. Bien sûr, vous serez mal à l'aise et malheureux. Bien sûr, il sera trop tard pour bien faire!

Si chaque avocat de la communauté juridique québécoise prend au moins une de ces résolutions le 31 décembre 1998, le résultat des dix prochaines années du FARPBQ pourraient bien être aussi bon que les dix années précédentes. Toutefois, n'oubliez pas que le plus difficile n'est pas de prendre ces résolutions, mais bien de les tenir.

* Par l'équipe du Fonds d'assurance responsabilité professionnelle du Barreau du Québec.