ATTENTION : Les archives du Journal du Barreau vous sont présentées telles qu'elles ont été déposées sur le Web au moment de leur publication. Il est donc possible que certains liens soient non fonctionnels et que certains renseignements soient périmés.

Pour toute question ou commentaire concernant le Journal, communiquez avec journaldubarreau@barreau.qc.ca

Visitez la page officielle du Journal du Barreau sur le site Web du Barreau du Québec.

 

Partager notre savoir

Denis Jacques

Au cours des dernières années, de plus en plus de membres du Barreau du Québec font carrière à l'étranger et utilisent leur savoir pour agir au niveau international.

Il faut dire que les avocates et les avocats québécois possèdent plusieurs atouts qui font d'eux des candidats de choix. Notre formation bi-juridique fait en sorte que nous maîtrisons à la fois les notions de droit civil et de common law et nous permet notamment de développer des réflexes de droit comparé. De plus, les membres du Barreau du Québec sont reconnus pour la qualité de leurs aptitudes professionnelles et pour leur capacité particulière d'analyse et de synthèse; notre bilinguisme et nos connaissances étendues en informatique sont des avantages additionnels incontestables. Enfin, nous profitons aussi de la bonne réputation dont jouissent le Canada et le Québec à travers le monde. À l'heure actuelle, il est sans doute significatif de constater que plus de 450 membres du Barreau du Québec travaillent à l'extérieur du pays...

Depuis 1995, une disposition unique au Canada, l'article 38 du Règlement sur la formation professionnelle des avocats, permet à des étudiants de l'École du Barreau du Québec d'effectuer leur stage de formation professionnelle, en tout ou en partie, à l'extérieur de la province et du Canada.

La France, la Chine, le Liban, le Kazakhstan, l'Italie ne sont que quelques exemples de pays où plus de 70 stagiaires de l'École du Barreau ont travaillé ces dernières années soit dans une entreprise, dans un cabinet privé, auprès d'une organisation internationale ou d'un organisme non gouvernemental pour obtenir leur permis d'exercice, toujours sous la supervision d'un maître de stage québécois ou étranger selon certains paramètres.

À l'heure de la globalisation des marchés, nous devons plus que jamais agir pour faire en sorte que notre savoir traverse nos frontières. Dans cette optique, l'École du Barreau du Québec accompagne ses étudiants et leur offre des outils afin qu'ils explorent les perspectives de carrière en droit à l'étranger. Ainsi, en octobre dernier, l'École organisait un colloque sur ce sujet et à cette occasion, elle a lancé officiellement son dépliant Importer le savoir qui vante à l'étranger les compétences uniques des stagiaires en droit du Québec.

L'événement a connu un vif succès. L'École du Barreau mérite toutes nos félicitations pour sa détermination et ses idées innovatrices qui permettent à plusieurs de nos stagiaires de vivre l'expérience d'un stage à l'étranger et de ramener chez-nous les connaissances des systèmes juridiques différents de par le monde.

Dans cette même voie, le Barreau du Québec a créé un Comité sur les relations internationales qui agit depuis quelques années afin de mettre en valeur l'expertise du Barreau du Québec et de ses membres. « Nul n'est une île », se plaît-on à répéter. Dans ce cas-ci, il n'y a rien de plus vrai et les avocats et avocates sont certainement de grands navigateurs!

Le bâtonnier du Québec,
Denis Jacques