ATTENTION : Les archives du Journal du Barreau vous sont présentées telles qu'elles ont été déposées sur le Web au moment de leur publication. Il est donc possible que certains liens soient non fonctionnels et que certains renseignements soient périmés.

Pour toute question ou commentaire concernant le Journal, communiquez avec journaldubarreau@barreau.qc.ca

Visitez la page officielle du Journal du Barreau sur le site Web du Barreau du Québec.

 

Les services au public du Barreau de Montréal

De plus en plus populaires

Guylaine Boucher

Ils ont vu le jour en 1948, ont pris véritablement leur virage grand public en 1961 et n'ont cessé d'évoluer depuis. De plus en plus populaires, les services à la population du Barreau de Montréal récoltent non seulement un nombre grandissant d'adeptes, mais entraînent aussi dans leur sillage plusieurs partenaires.

Rendus disponibles tout au long de l'année, à raison de plusieurs fois par semaine où, plus spécifiquement selon les demandes reçues, les programmes d'informations et d'aide au public du Barreau de Montréal prennent différentes formes. Conférences, concours, séances d'informations, les façons de communiquer sont ajustées aux clientèles visées. Des clientèles allant des jeunes de niveau primaire aux personnes âgées, en passant par les organismes à but non lucratif.

Concrètement, le Barreau de Montréal offre cinq grandes classes de services destinés au public. La première d'entre elles s'adresse aux jeunes et se matérialise sous forme de conférences dans les écoles, les regroupements ou encore les maisons de jeunes. Traitant des questions de droits et d'obligations susceptibles d'intéresser les jeunes, les conférences sont généralement présentées conjointement par un avocat et un agent d'intervention communautaire. Le programme Jeunes Conférences a par ailleurs connu récemment un nouvel essor alors que le Service de police de la communauté urbaine de Montréal (SPCUM), par le biais de ses postes de quartier, a fait la promotion des services offerts par le Barreau de Montréal auprès des jeunes âgés de 15 à 25 ans. Pour Me Marthe Perron, vice-présidente du Comité de liaison avec le public et avocate au bureau Fournier, Perron de Montréal, la collaboration « a créé un joyeux problème de gestion de croissance ». C'est que depuis l'établissement du nouveau partenariat, les demandes affluent de toutes parts.

Un engouement également ressenti du côté des Conférences d'or, destinées aux personnes âgées. Organisées dans les résidences pour personnes âgées, les maisons de retraite ou encore les CLSC, les présentations ont, elles aussi, trait aux questions de droits et obligations touchant de près ou de loin la clientèle visée, soit les gens du troisième âge. Cette fois-ci, la promotion des activités passe surtout par la Fédération de l'âge d'or du Québec (FADOQ) avec laquelle le Barreau de Montréal entretient d'étroites relations depuis quelques années déjà.

Outre les clientèles particulières que sont les jeunes et les personnes âgées, le Comité de liaison avec le public répond aussi depuis plusieurs années à certaines demandes de formations ou conférences en provenance des organismes à but non lucratif. Très peu connu jusqu'à maintenant, le service gagne toutefois en popularité depuis que le Barreau de Montréal s'est adjoint la participation de Centraide du Grand Montréal pour faire connaître ses différents programmes.

Des paroles et des lettres

Par ailleurs, en complément de ses programmes de conférences, le Barreau de Montréal organise aussi deux concours. Le premier, destiné aux étudiants de niveau collégial du grand Montréal métropolitain, est en fait un concours oratoire portant sur un thème, renouvelé d'année en année, mais toujours en lien avec la justice. Une compétition visant l'apprentissage de certains rouages du système judiciaire, non seulement pour les étudiants qui y participent, mais aussi pour les gens qui assisteront aux débats. C'est que, explique Me Perron, « depuis deux ans, le concours a délaissé les locaux de la Faculté de droit de l'Université McGill où il se déroulait traditionnellement, pour être fait devant public, au Complexe Desjardins de Montréal, dans le cadre de la Semaine du Barreau de Montréal qui a lieu, chaque année, au printemps. »

Quant au second concours, privilégiant la production écrite à la prestation orale, il s'adresse plus particulièrement aux jeunes élèves du deuxième cycle du primaire et à ceux de niveau secondaire. Mis en place grâce à la collaboration de la Centrale de l'enseignement du Québec (CEQ), qui en assure la diffusion auprès de ses membres, le concours de rédaction fait lui aussi chaque année référence à un thème en lien avec la justice.

Autant d'événements qui s'inscriront, aux côtés d'une multitude d'autres dans le programme, plus ponctuel, de la Semaine du Barreau de Montréal, qui se tiendra cette année du 13 au 16 avril. Une semaine que les organisateurs, Marthe Perron en tête, ont voulu marquer par le 150e anniversaire de l'organisme.
« Le calendrier des activités de cette année revêt un caractère un peu particulier puis-qu'il s'inscrit dans le cadre du 150e anniversaire. C'est d'autant plus agréable que, grâce à nos multiples alliances, nous rejoignons un nombre grandissant de gens. La quantité de demandes que nous recevons quotidiennement en témoigne. »