ATTENTION : Les archives du Journal du Barreau vous sont présentées telles qu'elles ont été déposées sur le Web au moment de leur publication. Il est donc possible que certains liens soient non fonctionnels et que certains renseignements soient périmés.

Pour toute question ou commentaire concernant le Journal, communiquez avec journaldubarreau@barreau.qc.ca

Visitez la page officielle du Journal du Barreau sur le site Web du Barreau du Québec.

 

Face au terrorisme, le juriste doit retrouver son rôle de leader

L'ex-sénateur Gary Hart à Montréal

Louise Vadnais, avocate


L'ancien sénateur américain et candidat à la présidence des États-Unis, Gary Hart, exhorte les avocats et les gens d'affaires à penser à leur communauté, à leur nation et à leurs enfants, non seulement comme des professionnels, mais aussi comme des citoyens de la démocratie confrontés à un monde en changement et en bouleversement, (citizens of democracy facing a new world).

Invité à prononcer une conférence le 4 septembre dernier à Montréal, Gary Hart a eu des commentaires plutôt prophétiques.
Invité à prononcer une conférence le 4 septembre dernier à Montréal, Gary Hart a eu des commentaires plutôt prophétiques.

Avocat conseil au sein de l'étude Coudert Frères (Denver), M. Hart était invité le 4 septembre dernier à prononcer une conférence à Montréal sur le thème, Si vous pensez que le XXe siècle a été intéressant, attendez de voir le XXIe siècle. Une semaine jour pour jour avant les événements tragiques aux États-Unis, ses propos ont de quoi surprendre.

Les États-Unis ciblés

L'ex-sénateur a annoncé que d'ici 25 ans les État-Unis seront la cible d'une attaque massive sans précédent, nucléaire, chimique ou biologique, qui entraînera des milliers de morts sur son territoire. C'est ce qu'ont conclu des experts de plus d'une vingtaine de pays consultés par une commission gouvernementale, qu'il a coprésidée, sur la sécurité aux États-Unis. « La conclusion a été que, pour la première fois depuis 1812, des Américains vont perdre la vie en grand nombre sur le sol américain par le fait de terroristes utilisant des armes de destruction massive. »

Pareil scénario forcera le gouvernement à prendre des mesures extraordinaires et sans précédent pour assurer la sécurité de la nation. Dans cette conjoncture, a-t-il affirmé, le XXIe siècle ne sera pas une continuation du XXe siècle. « Cela ne ressemblera à rien de ce que nous avons vu antérieurement (...) ce sera une rupture révolutionnaire par rapport au passé récent. (...) Nous serons épiés, notre vie privée disparaîtra; cela aura un immense impact sur notre société. »

« Laissez votre casquette professionnelle de côté et pensez différemment! Les avocats ont une responsabilité publique: serons-nous des avocats de 9 à 5 ou des avocats 24 heures sur 24? », a-t-il lancé à l'intention des avocats, lors d'une entrevue accordée au Journal du Barreau après avoir prononcé son allocution.

Selon lui, le terrorisme illustre ce que seront les guerres du futur. Non plus des conflits armés entre les forces militaires des Nations mais des actes de terrorisme contre des citoyens ordinaires, organisés par des groupes reliés aux croyances, aux religions. Dans ce contexte, Gary Hart estime que les avocats doivent retrouver leur rôle de leader dans la société, dans leur vie professionnelle, mais aussi dans leur vie de citoyen.

« Leur rôle sera très important dans chacune de ces deux vies. Ils aideront les autres citoyens à comprendre le cadre légal et l'impact de cette nouvelle menace sur leurs libertés civiles. Les avocats de toutes disciplines vont devenir très importants. » Aussi, a-t-il insisté: « Soyez de meilleurs avocats, soyez de meilleurs citoyens démocrates. Pensez à la loi en permanence. »

Les personnes présentes, dont le premier ministre Bernard Landry, ont été surprises des propos tenus par Gary Hart
Les personnes présentes, dont le premier ministre Bernard Landry, ont été surprises des propos tenus par Gary Hart

Des commentaires prophétiques...

Cette conférence, qui soulignait le lancement du regroupement de la pratique de droit aérien des bureaux de Coudert Frères à travers le monde, s'est déroulée en présence du premier ministre Bernard Landry, second conférencier invité. En réponse aux propos de l'ancien sénateur sur le terrorisme, le premier ministre a dit souhaiter qu'ensemble, les nations développent un climat « de paix, d'amitié et d'harmonie » et, a-t-il ajouté, « peut-être qu'il ne mourra pas autant d'Américains des périls des années à venir. »

L'assistance, une centaine d'avocats et de gens d'affaires du domaine de l'aviation, a été surprise par ces propos de M. Hart, les jugeant plutôt apeurants. « Certains ont pensé qu'il exagérait », relate Me Michel P. Coderre, associé de Coudert Frères à Montréal, rejoint quelques jours après les événements survenus aux États-Unis. « Ils ont trouvé ces propos un peu fort. Or ces commentaires étaient prophétiques. »

Selon Me Coderre, ces événements laissent entrevoir un monde de violence qui va créer un climat très litigieux. « Cette situation va faire appel au bon sens et au sens de la mesure, croit-il. Les juristes vont devoir participer à la résolution des problèmes de la société », estime Me Coderre.

L'escalade du terrorisme

Outre les événements du 11 septembre dernier aux États-Unis, les Américains ont été particulièrement ciblés par les terroristes ces dernières années, à l'extérieur comme à l'intérieur du pays: la première attaque du World Trade Center en février 1993 (six morts, plus de 1000 blessés), l'attaque à Oklahoma City en avril 1995 (168 morts, plus de 500 blessés), la détonation d'un explosif au Centennial Park à Atlanta lors des Jeux olympiques de 1996 (un mort, plus de 1000 blessés) et, la même année, l'attentat de Dahran, en Arabie Saoudite, sur une installation militaire américaine (19 morts, plus de 300 blessés), les attentats d'août 1998 sur les ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie (301 morts, dont 12 Américains) et l'attaque d'octobre 2000 contre le U.S.S. Cole dans le port d'Aden, au Yémen (17 morts). (L. V.)

Source: Le Devoir, vendredi le 14 septembre 2001, L'escalade du superterrorisme, par Jeremy Lefebvre, chercheur associé au Groupe de recherche sur la sécurité internationale (GERSI)