ATTENTION : Les archives du Journal du Barreau vous sont présentées telles qu'elles ont été déposées sur le Web au moment de leur publication. Il est donc possible que certains liens soient non fonctionnels et que certains renseignements soient périmés.

Pour toute question ou commentaire concernant le Journal, communiquez avec journaldubarreau@barreau.qc.ca

Visitez la page officielle du Journal du Barreau sur le site Web du Barreau du Québec.

 

Les membres du Conseil général auront à se prononcer

Réalisation du portail du Barreau

Léon Bédard*

C'est aujourd'hui vérité de La Palice: Internet est en voie de devenir un médium de communication et de connectivité incontournable pour les avocats. Le rapport du Comité du Barreau du Québec sur l'avenir de la profession1 le prédisait déjà en 1996 alors qu'il estimait primordial que la profession juridique prenne le virage technologique. Si ce virage a été pris - de façon plus ou moins accentuée selon les personnes -, avec les orientations et les actions découlant du scénario Singapour privilégié par le rapport sur l'avenir de la profession, il se poursuit maintenant avec l'étude d'un portail Internet pour le Barreau. Celui-ci a confié à des spécialistes en stratégie Internet le soin d'étudier le dossier dont les résultats, après huit semaines de travaux, seront présentés au Conseil général du 22 mars prochain à Québec. Il appartiendra alors aux membres du Conseil général de décider si, quand et comment, le Barreau se dotera d'une stratégie de portail Internet.

Les membres du Conseil général, dont le vice-président Francis Gervais (à gauche) et le bâtonnier Ronald Montcalm, devront se pencher sur un plan d'action global pour la réalisation d'un portail Internet au Barreau. Le Conseil général aura lieu à Québec les 22 et 23 mars prochains
Les membres du Conseil général, dont le vice-président Francis Gervais (à gauche) et le bâtonnier Ronald Montcalm, devront se pencher sur un plan d'action global pour la réalisation d'un portail Internet au Barreau. Le Conseil général aura lieu à Québec les 22 et 23 mars prochains

Qu'est-ce qu'un portail Internet?

Le Gartner Group, qui agit comme consultant dans ce dossier pour le Barreau, le définit comme « un endroit unique sur Internet où se rendent les internautes pour satisfaire leurs besoins informationnels et transactionnels ». Un portail peut être générique (à la Yahoo! ou FindLaw, par exemple) ou spécifique à une industrie ou à une certaine clientèle (comme WebMD ou Laws in India). Un portail est également un ensemble d'outils, proposant une interface simple, qui offrent un point d'entrée unique aux applications, à l'information et aux processus. Il a pour objectifs de simplifier la tâche de l'utilisateur, d'augmenter la productivité, de permettre l'interaction au sein d'une communauté et de faire d'Internet un outil de travail et de loisir dans le quotidien.

Concrètement, le Barreau souhaite mettre sur pied un portail informationnel et transactionnel pour ses membres où il sera possible de s'informer sur le Barreau et de transiger en ligne avec lui, de s'informer sur la communauté juridique en général, de suivre des activités de formation professionnelle ou permanente en ligne, d'accéder à l'information juridique (jurisprudence et doctrine, notamment par les bibliothèques de droit), de gérer leur cabinet, de participer à des forums de discussion et de bénéficier de services Internet.

Une modernisation

La mise sur pied d'un portail entraînerait sans aucun doute une évolution, une modernisation et une amélioration de l'exercice du droit, quel que soit le milieu de pratique de l'avocat. D'autres bénéfices sont réalisables, notamment un meilleur positionnement pour le Barreau, une réduction des coûts d'opération pour tous les intervenants, une réduction des délais dans la livraison des services, une amélioration de la compétitivité et des services, peu importe le lieu de pratique et une diversification des services.

Les principales clientèles intéressées au portail du Barreau sont évidemment au Québec dont, bien sûr, les avocats regroupés au sein de petits, moyens et grands bureaux, en pratique privée ou publique, au sein de l'administration et de l'entreprise privée ou publique. Ce sont aussi les étudiants en droit, ceux de l'École du Barreau et des facultés de droit des universités québécoises. C'est aussi, pour un volet spécifique, le grand public. D'autres clientèles pourraient éventuellement être visées, par exemple au sein de la francophonie.

Le 22 mars prochain, c'est donc sur un plan d'action global de stratégie de portail Internet que les membres du Conseil général du Barreau se pencheront. Une analyse du contexte dans lequel ce portail serait réalisé sera présentée, avec une vision sur l'avenir et une définition des étapes à franchir. Et rappelons-nous que le Barreau a posé comme prémisse que la réalisation du portail Internet devait se faire avec des sources autonomes de financement, autres que la cotisation des membres du Barreau.

Barreau du Québec, La pratique du droit et l'avenir de la profession, Montréal, Service des communications du Barreau du Québec, juin 1996, 133 pages.

* L'auteur est directeur du Service des communications du Barreau du Québec.