ATTENTION : Les archives du Journal du Barreau vous sont présentées telles qu'elles ont été déposées sur le Web au moment de leur publication. Il est donc possible que certains liens soient non fonctionnels et que certains renseignements soient périmés.

Pour toute question ou commentaire concernant le Journal, communiquez avec journaldubarreau@barreau.qc.ca

Visitez la page officielle du Journal du Barreau sur le site Web du Barreau du Québec.

 

Parmi nous

Journal du Barreau
Maniatis_Dimitri picture

Me Dimitri Maniatis (1999) a récemment complété, avec la plus haute distinction, une maîtrise en droit de l'Institut de droit aérien et spatial de l'Université McGill. Oe uvrant au sein des groupes de droit commercial et de droit de la faillite et de l'insolvabilité du cabinet Langlois Gaudreau à Montréal, Me Maniatis concentre sa pratique en droit des affaires, plus particulièrement dans les domaines du transport aérien, de la faillite et de l'insolvabilité. Il est l'auteur des Annales de droit aérien et spatial. Me Maniatis, de la section de Montréal, est également membre du Barreau de New York et de celui du Massachusetts.

vers le haut de la page

Le cabinet Gowling Lafleur Henderson a récemment annoncé l'arrivée de sept nouveaux avocats à son bureau de Montréal.

Me George J. Pollack (1981) s'est joint au cabinet à titre d'associé. Il œuvre dans les domaines du droit des transports et du litige commercial. Membre du Barreau du Québec et du Barreau du Haut-Canada, Me Pollack entretient également une pratique active de litige commercial axée sur l'industrie du vêtement et du textile, particulièrement sur la fabrication et la distribution.

Me Sharon G. Druker (1986) et Me Elyse Rosen (1992) se joignent également à Gowlings à titre d'associées. Me Druker exerce sa pratique dans le secteur du droit corporatif et commercial, plus particulièrement en financement sur stocks et crédit d'équipement, financement des entreprises, fusions et acquisitions. Elle est également membre du Barreau du Québec et du Barreau du Haut-Canada, et a agi à titre de présidente de l'Association de droit Lord Reading et du comité Égalité de la division Québec de l'Association du Barreau canadien.

Me Rosen œuvre pour sa part dans les domaines de la faillite et de l'insolvabilité, du droit bancaire, du recouvrement et du litige commercial. Elle est également chargée de cours au Programme national de compétence en insolvabilité organisé par l'Association canadienne des professionnels de l'insolvabilité, ainsi que membre de l'Association canadienne de redressement d'entreprises et de la International Women's Insolvency and Restructuring Confederation. Me Rosen siège au Comité de liaison du Barreau du Québec avec la chambre de la faillite de la Cour supérieure.

En plus de ces trois nouveaux associés, quatre avocats s'ajoutent au groupe de litige commercial du cabinet: il s'agit de Me Caroline Jacques (1996), Me Jean-Marie Fontaine (2000), Me Alexandre Sami (2001) et Me Domna Milonopoulos (2001).

Tous sont inscrits à la section de Montréal.

vers le haut de la page

Suzanne picture

Me Suzanne Côté (1981), de la section de Montréal, a été nommée chef de la section litige du bureau de Montréal de Stikeman Elliott. Elle pratique principalement le litige commercial et le litige civil.

vers le haut de la page

Me Bruno Fortier (1985), de la section de Montréal, a récemment été élu à la présidence du conseil d'administration du Club St. James à Montréal.

vers le haut de la page

Me Gil Rémillard, membre de l'Ordre du Canada

Remillard_Gil picture

Me Gil Rémillard a été nommé Membre de l'Ordre du Canada pour ses réalisations exceptionnelles pour le Canada. Il sera reçu l'automne prochain à Rideau Hall par la gouverneure générale Adrienne Clarkson. Cette reconnaissance de la contribution de Me Rémillard au développement du Canada rejaillit sur l'ensemble de la profession juridique.

La feuille de route de Me Gil Rémillard est impressionnante. Praticien chevronné doublé d'un pédagogue averti, il a fréquenté un grand nombre de cercles d'influence d'importance au Québec, au Canada et à l'étranger.

Pendant une dizaine d'années, il a exercé les fonctions de ministre des Relations internationales, ministre de la Sécurité publique, ministre de la Justice, procureur général et ministre délégué aux Affaires intergouvernementales canadiennes dans le gouvernement du Québec. En tant que ministre de la Justice, il a présidé à la réalisation du nouveau Code civil du Québec en vigueur depuis 1994. Cette année-là, le Barreau du Québec reconnaissait son apport magistral en lui décernant la Médaille, la plus haute distinction.

Il a aussi été conseiller spécial du premier ministre du Canada en matière constitutionnelle et conseiller auprès de la délégation canadienne des Nations unies. Sa compétence est reconnue à l'échelle internationale. Il s'est ainsi rendu, depuis 1998, en Roumanie, en Bulgarie et en République tchèque pour assister ces pays dans la réforme de leur code civil .

Homme de tête, Me Gil Rémillard est titulaire d'un doctorat d'État en droit de l'Université de Paris VI. Il a écrit plusieurs livres et articles sur le fédéralisme canadien, le droit constitutionnel, le droit administratif, les droits de la personne et le droit des affaires. De nombreuses universités et organismes canadiens et étrangers l'ont invité comme professeur et conférencier, notamment l'École nationale d'administration publique (ÉNAP) où il enseigne toujours.

La compétence de Me Gil Rémillard est reconnue hors de nos frontières. Il a reçu, en 1993, un doctorat honoris causa de la faculté de droit, d'économie et de sciences politiques de l'Université d'Aix-Marseille (France).

Bien en prise avec son temps, il a fondé, en 1995, le forum économique international qu'il préside toujours. Cette prestigieuse manifestation attire les grands de ce monde. En 2002, le chancelier de l'Allemagne, Gerhard Schroeder prononcera le discours inaugural. Me Rémillard préside aussi l'Institut international d'études administratives de Montréal.

Me Gil Rémillard est avocat conseil chez Fraser Milner Casgrain.

vers le haut de la page

Me Jean Bédard (1975), de la section de Québec, a été nommé juge-suppléant à la Cour des petites créances de l'Ontario pour la région de Toronto. Les juges-suppléants de la Cour des petites créances de l'Ontario sont des avocats en exercice qui siègent à temps partiel. Ils exercent une juridiction concurrente de celle des juges de la Cour supérieure de l'Ontario dans les instances dont la valeur en litige ne dépasse pas 10 000 $. La nomination de Me Bédard augmente la capacité bilingue de la Cour des petites créances dans la région de Toronto. En vertu de la loi sur les tribunaux judiciaires de l'Ontario, le français et l'anglais sont les langues officielles des tribunaux dans la province et toute partie qui le demande a le droit d'être entendue par un juge qui comprend le français.

vers le haut de la page

Me Gilles Séguin (1982), de la section de Montréal, a récemment rejoint les rangs du bureau montréalais du cabinet Desjardins Ducharme Stein Monast à titre d'associé. Me Séguin œuvre au sein du secteur transactionnel/commercial du cabinet.

vers le haut de la page

Stikeman Elliott célèbre ses 50 ans

Le cabinet d'avocats Stikeman Elliott célébrait, le 150anniversaire. Fondé en 1952 par H. Heward Stikeman et R. Fraser Elliott, le cabinet a connu une croissance exceptionnelle, étant maintenant reconnu comme un des cabinets les plus réputés en droit des affaires au Canada.

Selon Me Stuart H. Cobbett, associé-directeur du bureau de Montréal, « cette croissance exceptionnelle n'est le résultat d'aucune fusion ou association, le cabinet ayant choisi de grandir de façon autonome en s'adjoignant un à un les avocats qui contribuent aujourd'hui à son succès ».

Stikeman Elliott compte aujourd'hui quelque 400 avocats en poste dans neuf bureaux situés dans les grands centres financiers du Canada, ainsi qu'à Londres, Hong Kong, New York et Sydney.

Le cabinet Stikeman Elliott célébrait récemment son 50e anniversaire et pour l'occasion, le bureau de Montréal a souligné cet événement en présence des membres du comité exécutif: (à l'avant) André Roy, John Leopold, Stephen Raicek, Suzanne Côté, Mary Stikeman (épouse de feu H. Heward Stikeman), Stuart H. Cobbett (associé directeur du bureau de Montréal); (à l'arrière) Pierre Raymond, Scott Morgan, Sidney Horn, Guy Masson et Michel Décary
Le cabinet Stikeman Elliott célébrait récemment son 50e anniversaire et pour l'occasion, le bureau de Montréal a souligné cet événement en présence des membres du comité exécutif: (à l'avant) André Roy, John Leopold, Stephen Raicek, Suzanne Côté, Mary Stikeman (épouse de feu H. Heward Stikeman), Stuart H. Cobbett (associé directeur du bureau de Montréal); (à l'arrière) Pierre Raymond, Scott Morgan, Sidney Horn, Guy Masson et Michel Décary

vers le haut de la page

Quatre avocats de la section de Montréal se sont ajoutés à l'équipe de litige du cabinet Fraser Milner Casgrain. Il s'agit de Me Diane Quenneville (1978), qui œuvre en litige commercial et en droit bancaire, plus particulièrement en matière de fraudes, lettres de change, crédits documentaires et autres instruments de paiement. Elle pratique également dans le domaine médical et pharmaceutique. Me Quenneville s'est jointe au cabinet à titre d'associée.

Me Pierre Audet (1981) a également rejoint le cabinet montréalais à titre d'associé. Il œuvre en litige commercial, en matière de droit bancaire, faillite et insolvabilité et droit immobilier. Me Audet est fréquemment conférencier invité, notamment de l'Association du Barreau canadien, de l'Université McGill et de l'Institut canadien.

Enfin, Me Sophie Dufour (2001) et Me Stéphanie Lussier (2000) se sont jointes au cabinet pour y œuvrer en litige commercial, bancaire, faillite et insolvabilité et immobilier.

vers le haut de la page

P picture

Me Hélène Beaulieu (1992), de la section de Montréal, a été admise en rédaction de thèse de doctorat à l'Université de Toulouse, son ouvrage portant sur l'arbitrage commercial international et les entreprises en difficulté. Me Beaulieu possède une maîtrise en droit (2000) de l'Université de Montréal.

vers le haut de la page

Me André A. Morin (1985), de la section de Montréal, a récemment obtenu un doctorat en droit de l'Université de Poitiers (France) avec une mention spéciale du jury pour l'excellence de la thèse. En deux parties, la thèse s'intitule De l'étude des racines chrétiennes des droits pénaux français, britanniques et canadien et d'un exemple concret dans le domaine de la lutte contre les produits de la criminalité.

La première partie est une étude de l'influence constitutif du christianisme sur le développement de l'intention comme élément constitutif de l'infraction. La seconde est une analyse en droit comparé du crime de blanchiment et de ses éléments constitutifs, notamment l'intention.

Me Morin est avocat-conseil au Service fédéral de poursuites du ministère de la Justice du Canada à Montréal.

vers le haut de la page

Cour fédérale du Canada

Nominations

Le ministre de la Justice et procureur général du Canada, Martin Cauchon, a récemment annoncé les nominations de Michel Beaudry et Luc J. Martineau à la Cour fédérale du Canada.

Michel Beaudry, de Hull, a été nommé juge à la Section de première instance de la Cour fédérale du Canada. Il remplace le juge Max Teitelbaum, qui a choisi de devenir juge surnuméraire.

Le juge Beaudry a obtenu une licence en droit civil de l'Université d'Ottawa en 1966 et a été admis au Barreau du Québec en 1967. Il a fondé conjointement, l'année suivante, le cabinet Beaudry & Beaudry à Hull (maintenant connu sous le nom de Beaudry, Bertrand, avocats) où il a surtout exercé dans les domaines du droit civil, du droit du travail et du droit des assurances. Le juge Beaudry possède aussi de l'expérience dans les domaines de la déontologie et des fautes professionnelles. En plus d'avoir comparu devant divers tribunaux administratifs, il a plaidé devant tous les tribunaux, dont la Cour supérieure du Québec, la Cour d'appel du Québec, la Cour fédérale du Canada et la Cour suprême du Canada.

Le juge Beaudry est un ancien président du Barreau de Hull. Il a été nommé conseil de la reine en 1992.

Par ailleurs, Luc J. Martineau, de Montréal, a été nommé juge à la Section de première instance de la Cour fédérale du Canada. Il remplace le juge Pierre Denault, qui a démissionné de son poste à la Cour.

Le juge Martineau a obtenu une licence en droit civil en 1977 et une maîtrise en droit public en 1985 de l'Université d'Ottawa. Il a été admis au Barreau du Québec en 1978. Au moment de sa nomination, il travaillait seul en tant que spécialiste de l'arbitrage et de la médiation. Il a beaucoup d'expérience des questions relevant du droit public et du droit administratif, plus particulièrement de celles régies par une loi fédérale. Le juge Martineau a comparu devant la Cour fédérale du Canada ainsi que devant divers tribunaux administratifs tels le Conseil canadien des relations industrielles, l'Office national des transports et le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes.

Le juge Martineau est l'auteur de nombreuses publications, et il a fait, tout au long de sa carrière, plusieurs exposés dans son domaine de spécialisation à des conférences professionnelles.

vers le haut de la page

Me James D. Hughes (1992), de la section de Montréal, a été nommé directeur général d'ÉPOC Montréal, un organisme sans but lucratif fournissant des services de réinsertion en emploi auprès des jeunes adultes montréalais. Me Hughes s'est impliqué dans la création et le développement de nombreux organismes de charité pour les jeunes de Montréal, dont la Fondation Services d'emploi des jeunes et Projet Promethée. Anciennement associé, il sera dorénavant avocat-conseil pour l'étude Michelin Hughes Oberman Perras.

vers le haut de la page

À Montréal, le 21 janvier dernier, est décédé Me Jean B. Langelier (1957).