Aller au contenu

La gouvernance et les comités

Le bâtonnier du Québec

Le bâtonnier du Québec exerce un droit de surveillance général sur les affaires du Barreau du Québec et assume les responsabilités liées à sa fonction. Il travaille avec la collaboration de deux vice-présidents.

Me Catherine Claveau est l’actuelle bâtonnière du Québec tandis que Me Antoine Aylwin et Me Marcel-Olivier Nadeau occupent les postes de vice-président.

Me Catherine Claveau, bâtonnière du Québec

Originaire de Chicoutimi, Catherine Claveau a fait ses études en droit à l’Université Laval à Québec, ville où elle s’est établie lorsqu’elle a été admise au Barreau du Québec en 1989.

En début de carrière, MClaveau a exercé le droit de la famille et de la jeunesse et le droit civil. Elle s’est rapidement intéressée aux modes de prévention et de règlement des différends (PRD).  MClaveau est médiatrice accréditée en matières civile, commerciale et familiale et elle est administratrice de sociétés certifiées (ASF).

En 1997, avec ses associés, elle a fondé le Cabinet d’avocats Saint-Paul, un cabinet boutique qui a pignon sur rue au cœur du Vieux-Québec.

Depuis 2004, elle est intervenue dans plusieurs dossiers dans le domaine du harcèlement psychologique en milieu de travail où elle a agi comme experte neutre. Elle a réalisé des enquêtes, des études de recevabilité, des analyses de climat de travail et des médiations, en plus de donner de la formation dans ce domaine. Elle a également enseigné à l’École du Barreau entre 2004 et 2017.

Dès ses premières années de pratique, MClaveau s’est impliquée auprès du Jeune Barreau de Québec et du Barreau de Québec. Son implication auprès du Barreau du Québec remonte quant à elle à plus de 20 ans. Elle a notamment siégé pendant huit ans au Conseil d’administration du Fonds d’assurance responsabilité professionnelle du Barreau du Québec (FARPBQ) ainsi qu’au Conseil exécutif et au Conseil général en 2014-2015.

Bâtonnière du Barreau de Québec en 2015-2016, elle a par la suite effectué deux mandats comme administratrice au Barreau du Québec, de 2017 à 2021, où elle a occupé le poste de vice-présidente pendant trois ans, en plus de siéger au Comité de gouvernance et d’éthique (présidente), au Comité des ressources humaines (présidente) et au Comité des finances et d’audit (membre).

Elle a également agi comme présidente et membre de groupes de travail reliés à des dossiers prioritaires du Barreau, dont la mutualisation de la cotisation et l’avenir de la profession, et s’est notamment impliquée au sein du groupe de travail pour un milieu de travail inclusif et exempt de harcèlement et de discrimination et du groupe de travail sur le racisme.

Me Catherine Claveau occupe le poste de bâtonnière du Québec depuis le 1er juin 2021, pour un mandat de deux ans. À ce titre, elle exerce un droit de surveillance général sur les affaires du Barreau du Québec et assume toutes les responsabilités liées à cette fonction. Elle est la 155bâtonnière du Québec.

Me Antoine Aylwin

Me Antoine Aylwin

Me Antoine Aylwin, vice-président

Membre du Barreau du Québec depuis 2003, Me Antoine Aylwin est associé chez Fasken, au bureau de Montréal. Au fil des années, il a développé une expertise fine dans plusieurs domaines du droit, notamment le litige successoral et fiduciaire, l’accès à l’information aux documents détenus par des organismes publics, la protection des renseignements personnels dans les secteurs public et privé, la cybersécurité, le droit public et administratif, le droit disciplinaire, et les recours extraordinaires. Il assiste également les clients au sujet de l’application de la Charte de la langue française au Québec. 

Me Aylwin a plaidé devant différents tribunaux judiciaires, incluant la Cour suprême du Canada. Par ailleurs, son travail dans le domaine agroalimentaire l’amène à plaider fréquemment devant la Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec, alors que son expertise en accès à l’information l’amène à plaide régulièrement devant la Commission d’accès à l’information. 

Diplômé en droit de l’Université de Montréal (2002), Me Aylwin a terminé en 2020 un programme d’études en leadership de l’université de Harvard. À l’échelle nationale, il est souvent sollicité en matière de protection de l’information et de la vie privée et de droit des successions, sujets sur lesquels il donne des conférences et publie régulièrement. Son expertise est d’ailleurs reconnue par plusieurs répertoires juridiques et lui a valu d’être nommé avocat de l’année en 2023 à Montréal dans la catégorie « Privacy and Data Security » par le guide Best Lawyers.

L’implication de Me Aylwin au sein de son ordre professionnel n’est pas nouvelle. Il est membre du Conseil d’administration du Barreau du Québec depuis 2022, après l’avoir été pour une première période entre 2015 et 2019. Il a également été vice-président du Barreau de 2015 à 2017.

Me Marcel-Olivier Nadeau, vice-président

Originaire de Chicoutimi et membre du Barreau du Québec depuis 2010, Me Marcel-Olivier Nadeau est associé chez Robinson Sheppard Shapiro et dirige le bureau de Saguenay. Il exerce dans les domaines des assurances, de la construction et en litige civil et commercial. Il a également une expertise en matière de libertés et de droits fondamentaux.

Me Nadeau a complété une maîtrise en droit privé comparé en 2014 à l’Université de Lausanne, et a enseigné à l’Université de Neuchâtel certaines particularités du droit québécois. Impliqué dès 2017 au sein du Barreau du Saguenay–Lac-Saint-Jean, il en a été le bâtonnier en 2020-2021.

L’accès à la justice, la modernisation et la transformation de celle-ci, et la valorisation de la profession sont les dossiers qui l’intéressent particulièrement. Il se préoccupe prioritairement de l’accès à la justice pour les peuples autochtones et souhaite participer aux efforts pour élargir l’accès à la justice au nord du 50e parallèle et donner aux citoyens de ces régions un accès paritaire au système de justice.

Par ailleurs, il est sensibilisé à l’importance de travailler à des pistes de solutions pour les sections de l’est du Québec (Bas-Saint-Laurent–Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine) afin de pallier les inconvénients liés à l’étendue du territoire et à la rareté des ressources en matière d’accès à la justice.

À savoir

Le terme « bâtonnier » était utilisé en France au Moyen Âge pour désigner un avocat choisi par ses pairs pour porter dans les cérémonies publiques le bâton ou la bannière d’une confrérie sous la protection de Saint-Nicholas ou de Saint-Yves. Il n’est utilisé que dans les pays francophones. Les avocats qui ont occupé la fonction de bâtonnier du Québec conservent le titre de bâtonnier à vie.